Résoudre en soi et pour soi les plus grandes questions

Je lis chez Desbiens (Ainsi donc):

L’abondance des notes, en effet, et la dimension de la bibliographie ne m’impressionnent plus. (…) En outre, je suis gouverné depuis longtemps par l’idée qu’il faut résoudre en soi et pour soi les plus grandes questions.

Cette pensée rejoint celle d’Ortega y Gasset: lire moins et penser davantage (leer menos, pensar más).

Au lecteur qui se demande comment reconnaître si cette résolution est faite et est sienne, je propose ceci: demande-toi si tu peux donner raison de tes plus profondes convictions.